Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 17:34

 

 

Quand il a le ballon dans les pieds, Jean-Baptiste (Paul Bartel) réalise des merveilles. À 16 ans, il est le dernier à intégrer le centre de formation qui accueille les plus grands espoirs du ballon rond de l'Hexagone. Mais à cause d'une anomalie cardiaque qu'il gardera comme son secret, son futur est remis en cause. Entre les amitiés, l'attirance pour Lila (Margot Bancilhon), jeune fille passionnée de street art, la compétition, les rivalités avec ses partenaires de jeu mais surtout ce lourd secret à porter : Jean-Baptiste va batailler pour atteindre son rêve, celui de devenir footballeur professionnel.

 

 

 

 

 

Une passion, un sport, et une vie.

Les Petits Princes, premier long métrage de Vianney Lebasque, est un film lucide sur le rêve d'un jeune homme. Le réalisateur lui même a d'ailleurs été étudiant dans un centre de formation avant d'arrêter brutalement sa jeune carrière pour cause de blessure à l'âge de 16 ans. C'est sans doute ce qui différencie Les Petits Princes des autres films abordant le thème du football, pourtant très classique. C'est bien écrit, bien fait, avec intelligence, une certaine tendresse, et surtout avec un petit plus : oui, dans la vie, il n'y a pas que le foot. Vianney Lebasque le sait et le montre, il inclut l'amitié, les conflits, l'amour, la vie de famille, la santé, dans la vie de Jean-Baptiste, le jeune prodige. Les acteurs sont excellents, convaincants, ils rendent le scénario réaliste et lui donne une certaine fraicheur à laquelle on ne s'attendait absolument pas en allant voir ce film. C'est aussi filmé différemment que les autres films de football. La caméra portée fait que nous sommes pris dans le jeu, ça donne presque envie de sortir de la salle, pour aller jouer au foot. Les images, sportives ou non, sont élégantes, souvent marquées d'esthétisme, accompagnées d'un montage rythmé entre ralentis et accélération. La bande-sonore, elle, ne dérange pas le spectateur, et vient rajouter un brin de fluidité à la succession d'images. Vianney Lebasque dose avec habileté l’humour, l’émotion et le suspense. Les dialogues restituent, avec un exceptionnel réalisme, les échanges, parfois cruels mais souvent d’une verve fulgurante, qu'on peut retrouver dans le monde du football, mais aussi dans celui de la jeunesse.

 

Jusqu'où peut-on aller pour arriver à réaliser son rêve ? Que peut-on/doit-on sacrifier pour cela ? Ce film pose pleins de questions au fil et à mesure, on vibre avec Jean-Baptiste et son équipe, on vit son expérience. C'est beau, tant dans le fond que dans la forme, bravo à Vianney Lebasque pour son premier long-métrage !

 

 

 

Les-Petits-princes-affiche-11043.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mediapprenti (S.G) - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires