Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 17:32

Le 31 août 2013, à 10h du matin, je tenais dans mes mains mon tout premier pass presse, pour la journée de l’inauguration du tramway de Tours.

DSCN2062.jpg

     Des hommes en costards-cravates rejoignent les journalistes -dejà présents- venus prendre un des trois bus avec la mention « spécial » (comprendre : VIP). Je serre la main à quelques personnes, certains se présentent, ce qui est plutôt bien dans ces moments là. Hé oui, je n'ai que 18 ans, je ne connais pas tous les politiques présents, et encore moins tous les organisateurs de l'évènement.

     On prend le bus en direction du lycée Jean Monnet (souvenirs, souvenirs). Pendant le trajet, j'entends Jean-Patrick Gille, député PS d'Indre et Loire, expliquer à son fils comment va fonctionner le tram : « mais non, tu n'auras pas besoin de nouvelle carte, celle que tu utilises pour le bus marchera aussi avec le tramway ».

   Bref, on arrive au lycée, qui est aussi le terminus du tram. Ca fait tellement bizarre de voir le parvis de l'établissement (celui là même où l'on déconnait avec nos amis il y a encore 3 mois) plein d'hommes et de femmes en grande pompe, d'une petite fanfare, et de quelques journalistes armés de caméras pour filmer tout ça ! La personne chargée des relations presse m'indique que la première rame est « réservée » aux journalistes, de façon à ce qu'on « sorte plus tôt que les politiques » du tram. Je monte vite, j'voudrais pas m'faire oublier au lycée, j'ai une belle journée qui m'attend. C'est génial : je suis tout devant, je peux filmer le trajet ! Une fois arrivés, on s'aperçoit que l'évènement est quand même attendu, moi, je ne m'attendais pas a voir autant de monde. Les journalistes se poussent -et n'hésitent pas à pousser- pour avoir l'image ou le son qu'il leur faut. Les politiques ont leur plus beau sourire de sortie, et se font mitrailler de photos. Le « cortège » avance lentement, mais il parvient tout de même place Jean Jaures. Un monsieur monté sur une petite estrade, un micro à la main, ne cesse de nous rappeler, et ce de façon très théâtrale, que ce jour est historique pour notre ville. Le tram arrive, tout le monde est content, on sent une ville rassemblée derrière l'inauguration d'un « simple » moyen de transport, c'est agréable, on rencontre des gens différents et souvent très intéressants (il y avait quand même les anti-mariage pour tous...et leur affreux slogan « un papa et une maman », avec leurs drapeaux roses et bleus, mais bon, on y peut rien si ils « ne lâchent rien »).

INAUGURATION-TRAM.jpg

     On monte ensuite au premier étage de l'Hotel de ville pour les discours. Marisol Touraine s'en va, Manuel Valls arrive. La salle est bondée, et il fait vite très chaud. Je ne suis même pas allé m'entasser avec mes futurs confrères journalistes, leur combat pour la meilleure place n'est pas encore le mien.

     Après (environ) 4 minutes de remerciements, Jean Germain parle enfin du Tram : « Cette ligne de 15 kilomètres, du Sud au Nord, permet de faire le lien entre Joué-les-Tours et la ville de Tours, ainsi qu'entre différents quartiers. ». Il n'oublie pas non plus de montrer les points positifs de l'envers du décor : en effet, pendant la phase des travaux, 256 contrats jeunes ont été signés, aujourd'hui, 36 % sont en CDI. Et puis, il aborde le côté artistique (qui n'aurait apparemment « aucun équivalent en Europe »), en évoquant une « reconstitution du paysage tourangeau ». Jean Germain répond même aux critiques (si nombreuses fussent-elles) à propos de l'argent dépensé pour s'attacher les services de M.Buren : «Oui, ça a un coût, mais c'est pour le bien de la ville, et puis, c'est tellement beau, intelligent... ». J'apprendrai plus tard dans la journée que le coût pour le côté artistique était de 0,5 % du coût total du tramway (qui se situe autour des 430 millions d'euros). Enfin, le sénateur-maire de Tours remercie les tourangeaux pour leur confiance, leur patience, notamment les commerçants qui ont beaucoup souffert pendant la phase des travaux. « Maintenant, il est temps de regarder devant nous, de continuer à donner sens et vie à cette ville », de faire en sorte que cette agglomération soit « dynamique, toujours plus vive ». En tout, sept discours se suivront : tous se ressemblent dans le fond, mais pas forcément dans la forme. En bref, on nous dit que Tours est une ville qui « renoue avec son passé (NdlR : Tours a eu un tram jusqu'en 1949) pour aller de l'avant », que le tram facilite les échanges entre les gens, mais aussi l'ouverture à la culture (car « la culture, on doit la porter haut et fort, parce que les gens la souhaitent »). Cette nouveauté tourangelle est donc décrite comme une véritable chance et une fierté pour la ville, mais aussi pour la région. C'était tellement long et la chaleur se faisait si bien ressentir qu'on apporta un verre d'eau fraîche à Manuel Valls (le chanceux!). Arrive néanmoins son discours tant attendu... Il se place devant les micros, souriant, et déclare : « Je crois que tout a été dit. ». Une touche d'humour, voilà qui fait plaisir après 6 discours si sérieux ! Bref, le ministre de l'Intérieur, n'ayant pas encore vu le joli tram de la ville de Tours, salue l'engagement des collectivités territoriales, avant de mettre en avant l'optimisme qui a porté ce projet : « le fait de vouloir faire avancer cette ville, c'est croire en son pays. » Et Manuel Valls finira sur ces mots : « C'est aussi synonyme d'espoir, ça prouve que nous sommes capables d'innovation. ».

DSCN2044.JPG

     Les discours terminés, la plupart des journalistes suivent le petit « cortège » qui s'est formé autour de Jean Germain et de M.Valls. Après une courte interview, le ministre remontra la Rue Nationale. C'était la star, il en a fait oublié Jean Germain, il en a fait oublié les députés, et tous les autres autour. Il dit bonjour, serre des mains, sourit aux passants, tout ça a des allures de campagne électorale. On entend des « Oh mais c'est Manuel Valls, regarde ! », ou encore «-C'est qui ? -Je crois que c'est le premier ministre, viens, il faut faire une photo ». La ville de Tours est en émoi, c'est pas souvent qu'on a tout ce petit monde ici. Il repartira en tram (après que les membres de sa sécurité aient vidé à peu près la moitié d'une rame), c'est tout un symbole.

Voilà, les portes du tram se ferment, tout comme la parenthèse politique.

     Place aux animations (un exemple ici), à la fête, pour inaugurer ce Tramway comme il se doit : en essayant de rassembler un maximum de tourangeaux autour d'un même évènement. Et je crois que cela a été réussi, au vu du nombre de personnes présentes à Tours en ce fameux 31 août 2013, jour historique.

 

 

 

« Plus que jamais, nous pouvons être fiers d'être tourangeaux »

(F.Thomas, président du conseil général d'Indre et Loire)

 

 

 

PS : Un grand merci à Nouhedy et Emmanuel Czubowski, sans qui je n'aurais pas pu vivre cette belle expérience et partager avec les lecteurs de RadioLondres l'inauguration du Tram de Tours, ainsi qu'à Laurence Gratacap, qui m'a délivré de ses mains mon tout premier petit pass presse !

Repost 0
Published by mediapprenti (S.G) - dans Société
commenter cet article
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 19:40

ce-samedi-a-tours-la-gay-pride-organisee-par-la-lgbt_589475.jpg

     "La Gay Pride, c'est cool !", c'est ce qui se dit à Tours, en début d'après midi, lorsqu'on demande à un groupe de jeunes pourquoi ils sont venus à l'évènement organisé par la LGBT. C'est "cool", et pourquoi ? On nous parle d'égalité, de cohésion sociale, de liberté. Et puis, il est vrai que cette Gay Pride n'est plus vue comme une lutte pour plus de droits, mais plutôt comme l'affirmation des droits des homoseuxuels, comme une fête post-Loi Taubira autorisant le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. Le temps variable de ce samedi 25 mai ne gachera pas la fête, le mouvement occupe les routes du centre ville tourangeau et montre une ville pleine de vie et de dynamisme !

     On avait peur des incidents avec la présence des membres du Vox Populi, mais les organisateurs, les responsables politiques et policiers de la Gay Pride avaient fait passer le mot d'ordre suivant : "ne pas répondre aux éventuelles provocations". C'est chose faite, l'ambiance était bon enfant. Il faut dire que les membres du groupuscule d'extrême droite étaient très peu, et surtout très bien encadrés, pour justement éviter que tout incident facheux vienne gacher l'évenement. Entouré de CRS, le Vox Populi luttait tant contre la Gay Pride en elle même ("pas de Gay Pride dans nos quartiers, pas de quartiers pour la Gay Pride", criaient-ils) que contre le mariage gay ("Taubira, casse toi, ta loi on n'en veut pas"). Les slogans basiques, bien que l'on ait aussi pu entendre, quand on tendait bien l'oreille, ou que l'on était au bon endroit, au bon moment, "CRS, tourne toi, la racaille est derrière toi !". Le mot "racaille" place le mépris du Vox Populi bien avant ses convictions, mais retenons surtout qu'il n'y a pas eu de débordements, et laissons ce groupuscule avec ses problèmes (judiciaires notamment).

     Ne retenons que la bonne ambiance, et le côté festif de cette Gay Pride !

 

976302 647073578640307 1943289115 o

(Pancarte humoristique brandie devant le mouvement anti-GayPride organisé par le Vox Populi et le "Printemps français")

Repost 0
Published by mediapprenti (S.G) - dans Société
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 23:14

divorce.gif     Les enfants ne sont pas des objets. Avoir des enfants n'est pas un jeu. C'est un engagement que l'on prend en tant qu'adultes responsables. Beaucoup d'enfants sont aujourd'hui soumis au divorce de leurs parents. Ça arrive comme une bombe dans leur vie, et pourtant, eux n'y sont pour rien. Les enfants ne doivent pas souffrir des choix parentaux, c'est immoral. Ils ne doivent pas voir leur vie de famille se déchirer sous prétexte de séparation entre deux adultes (normalement responsables). Ils ont une vie à construire, des choses à vivre, ne rajoutons pas une difficulté de plus que celles qu'ils vont devoir affronter au cours de leur existence. L'enfant n'est pas responsable des actes de ses parents. Et encore moins des conséquences.

Repost 0
Published by mediapprenti (S.G) - dans Société
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 17:43

 

 

[article publié dans la rubrique "Débat" du Lycéen Déchainé, journal du Lycée Jean Monnet -37- ]

 

Good-as-you.png

 

      Notre société évolue de jour en jour, et on le sait. Malgré ça, l'Homosexualité n'est toujours pas acceptée par tout le monde (ce n'est pourtant plus considérée comme une maladie mentale !). Un jour, alors que je sortais sur le parvis de notre cher lycée, un jeune homme me donna un tract «Pas de Gay Pride dans nos quartiers!». Le débat s'engage, plusieurs amis du garçon qui m'avait tendu son bout de papier nous rejoignent. Il s'avère qu'ils font partie d'un groupuscule d'extrême droite (dont je tairai le nom, car j'aimerais ne pas retrouver les locaux du Lycéen Déchainé brulés au cocktail molotov par quelques extrémistes mécontents). Bref, nous parlons gentiment, échangeant nos différents arguments. Je pose une question : «Qu'est-ce qu'ils vous ont fait, les homosexuels ? Ils vous gênent ?». Effectivement, cette question pourrait paraître bête, pourtant, hormis pour les véritables religieux (et encore, puisqu'on parle de mariage civil), je ne vois pas ce qui dérange. Choisit-on d'aimer la personne que nous aimons ? Non, ce sont les sentiments qui jouent. Une personne homosexuelle ne peut pas changer, elle aime les personnes du même sexe et il faut l'accepter, l'Amour ne se commande pas. Ne pas autoriser le mariage ou l'adoption pour les couples homosexuels est un principe discriminatoire. Pourquoi n'auraient-ils pas les mêmes droits que les couples hétérosexuels ? On me parle de « valeur du mariage », mais le mariage est une mise en commun des biens, une Union « pour la vie » fondée sur l'Amour que se portent deux personnes et surtout un statut civil afin d'être considéré comme véritable famille. Au niveau de l'adoption, c'est assez paradoxal de ne pas l'autoriser sachant qu'une personne seule (quelle que soit son « orientation sexuelle ») peut adopter, alors pourquoi pas un couple gay ? Et puis, un enfant ne serait-il pas plus heureux avec deux parents de même sexe plutôt que dans une famille mono-parentale* ou en foyer, sans véritable (re)père(s) ?
Faisons en sorte que les mentalités évoluent, que les stéréotypes disparaissent, et que les personnes homosexuelles aient enfin les mêmes droits que les hétérosexuels...

 

 

S.G

 

*en France, une famille sur cinq est mono-parentale.

 

just-married.png

 

(dessins :  Pauline GIROUX)

Repost 0
Published by mediapprenti - dans Société
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 17:24

 

 

cannabis-ayrault-peillon.jpg

"Le cannabis, c'est mal", cette phrase, on l'entend souvent. Mais le cannabis n'a pas que des mauvais cotés, sinon personne n'en fumerait. Ceci-dit, si on légalise cette drogue (dite douce), il faut le faire de manière intelligente et réfléchie. Donc, en attendant une réforme profonde, réfléchissons plutôt à une manière d'atténuer la consommation et les aspects négatifs de cette drogue, notamment chez les jeunes. Réprimander sans aborder le véritable problème des personnes qui fument est une erreur. Essayons de comprendre et de prévenir plus, plutôt que d'interdire plus. L'interdit attire, et on le sait. La prévention prévient et fait réfléchir, alors que l'interdiction sans réel dialogue ne fait que renforcer la barrière présente entre les hautes institutions et la population.

 

 

(cet article ne fait pas l'apologie du cannabis, il incite simplement à réfléchir aux différentes solutions que l'on pourrait, si on le voulait, apporter à ce problème.)

Repost 0
Published by mediapprenti - dans Société
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 23:13

 

 

l-amour-plus-fort-que-la-haine.jpg

 

        J'aime ça. Ça sent la Liberté d'expression à plein nez, et j'aime ça. Nouvel incident. Charlie Hebdo n'a pas pu, ni n'a voulu, s'empêcher de représenter encore une fois Mahomet, le prophète de la religion musulmane, dans son journal. En 2006, déjà, Charlie avait été trainé en justice pour avoir publié des caricatures de ce genre. Et puis, l'année dernière, tout le monde se souvient bien sûr, que les locaux du journal satirique avaient subi une attaque au cocktail molotov avant la publication d'un numéro intitulé «Charia Hebdo». Après l'attaque, Charb, le directeur de publication, avait écrit dans «l'apéro» du Charlie : «J’ai la trousse qui sent quelque chose entre la saucisse fumée et le pneu brûlé.[...]C’est donc ce matériel dérisoire qui nous permet de lutter à égalité avec les pires armées de connards… Ouah![...]On a tous rapporté chez nous cette épaisse odeur de bêtise. La bêtise a l’odeur d’un journal brûlé.»... Tout ça accompagné d'un dessin aussi beau dans son symbole que dans les traits de crayon : «L'amour plus fort que la haine !». Quelle classe ! Répondre avec autant de sang-froid, d'humilité, d'ironie, alors que son lieu de travail venait d'être détruit, chapeau !
Et puis, alors qu'une polémique enfle dans le monde de l'islam à propos d'un film américain (Innocence of muslims) mettant en scène Mahomet de façon «outrageante», revoilà le prophète musulman à la Une du Charlie Hebdo ! Beaucoup de gens appellent ça une provocation, Charb répond à ceux-ci par une simple question : «La liberté de la presse est-elle une provocation ?». Point. Charb a raison, encore et encore. Charb défend son journal, encore et toujours. Certains disent que l'équipe du Charlie Hebdo n'aurait pas du «mettre de l'huile sur le feu», mais Charb est là et assume, il est dans un pays où la Liberté d'expression ne doit pas être muselée, et il le fait savoir : "si on commence à se poser la question de savoir si on a le droit de dessiner ou pas Mahomet, si c'est dangereux ou pas de le faire, la question d'après ça va être 'est-ce qu'on peut représenter des musulmans dans le journal ?', puis la question d'après ça va être 'est-ce qu'on peut représenter des êtres humains dans le journal ?', etc., et à la fin on ne représentera plus rien, et la poignée d'extrémistes qui s'agitent dans le monde et en France aura gagné".
Je suis fier de voir que certains attachent grande importance à notre Liberté d'expression, et encore une fois, je n'ai pu m'empêcher de sourire en voyant la Une du Charlie...

Repost 0
Published by mediapprenti - dans Société
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 20:58
Repost 0
Published by mediapprenti - dans Société
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 13:28

125279-ruben-prend-la-pose-pour-top-chef-2012-diapo-5.jpg

Eh oui ! C'est la fin de l"aventure Top Chef pour Ruben Sarfati ! Le plus jeune et le seul amateur de l'édition 2012 de cette émission culinaire, diffusée sur M6, s'est fait éliminé par le jury, malgré son envie et sa créativité débordantes.  Le jeune gagnant d'Un Dîner Presque Parfait devait concocter un plat sous les ordres de Jean Imbert, autre partcipant au jeu, tiré au sort pour être Chef durant cette épreuve. Ruben s'est entaillé le doigt au début de la partie, ce qui l'a handicapé pour la suite, engendrant notamment une perte de temps forcément fatale à cette étape du jeu. Le jury est unanime et envoie Ruben en épreuve de la "Dernière Chance" : 3 cuisiniers de Top Chef envoyés à cette épreuve éliminatoire s'affrontent, et celui dont le plat séduit le moins le jury se voit forcé de quitter l'aventure. Ruben est surpassé par ses concurrents, mais il aura tout de même laissé une empreinte derrière lui dans les cuisines de Top Chef, car devant près de 4 millions de téléspectateurs, c'est la première fois que le jury applaudi un candidat sortant, et ça, ce n'est pas rien ! 

A seulement 18 ans, Ruben Sarfati a montré ce dont il était capable face à des cuisiniers professionnels, il s'est surpassé jour après jour pour relever cet énorme défi. Cette aventure à Top Chef lui a permis de se faire une idée sur le monde de la cuisine professionelle, et lui a donné envie de se donner encore plus dans ce domaine. Maintenant, son ambition est d'ouvrir son propre restaurant à la fin de ses études, et c'est tout ce qu'on lui souhaite ! 

 

 

S.G

Repost 0
Published by mediapprenti - dans Société
commenter cet article